Comment traiter de façon naturelle les troubles du cycle menstruel ?



troubles cycle menstruelLes règles sont le signe de l’activité génitale chez la femme. Elles apparaissent à la puberté et disparaissent à la ménopause. Les règles sont régulières, elles se manifestent en général tous les mois, suivant des cycles réguliers. Elles durent en moyenne 3 à 5 jours. Le premier jour des règles correspond au premier jour du cycle. Les règles correspondent à l’expulsion de la muqueuse utérine qui provoque un écoulement de sang par le vagin. Les règles sont cycliques. Le cycle des règles est dû aux variations hormonales de la femme au cours de sa vie génitale.

Pendant tout le cycle, la muqueuse utérine se prépare, grâce aux hormones féminines, oestrogènes et progestérone, à recevoir un ovule fécondé qui se transformera en embryon. C’est le départ d’une grossesse. Si aucun ovule ne s’est fixé à la muqueuse utérine, l’hormone progestérone chute et la muqueuse utérine est expulsée. Puis un nouveau cycle recommence.

Les troubles des règles sont fréquents à tous les âges de l’activité génitale, les raisons sont différentes selon l’âge, mais reflètent en général un déséquilibre hormonal ou plus général de l’organisme.

En cas d’absence de règles, on parle d’aménorrhée. On peut penser à un début de grossesse ou après 45 ans à la ménopause. Mais souvent, à l’adolescence, on a quelquefois des absences de règles dues à de l’anorexie, des anémies, un stress intense, du sport intensif… Le corps coupe les règles dans ces cas pour se protéger car celles-ci provoquent une fatigue et une perte de sang, donc une perte de nutriments essentiels.

Règles abondantes, hémorragiques ou métrorragie.

En dehors de la période des règles, les saignements se nomment métrorragies. Ces saignements sont dus en général à des déséquilibres hormonaux. Idem pour les règles abondantes ou hémorragiques dont la cause peut être aussi une carence en fer, à des médicaments fluidifiants, à des fibromes utérins bénins, etc… En dehors des désagréments provoqués, le problème majeur est la perte importante de sang, donc de protéines et de fer, fer qui est souvent insuffisant chez une femme réglée. On se doit de compenser ces pertes.

Règles douloureuses ou dysménorrhées.

L’expulsion de la muqueuse utérine peut engendrer des contractions très douloureuses lors des règles. Elles s’accompagnent souvent de maux de tête, de nausées, d’éruptions de boutons…

Un dérèglement hormonal est souvent causé par une alimentation carencée en bonnes graisses, en fer, en protéines et/ou par un stress important mal extériorisé, par une pathologie particulière, certains médicaments, la pilule…

On cherchera donc la cause profonde pour traiter efficacement.

Les règles douloureuses sont souvent irrégulières. L’irrégularité dans les cycles est là encore le signe d’un profond déséquilibre hormonal. On doit le traiter le plus naturellement possible, en commençant par l’hygiène de vie et la non prise d’hormones contraceptives.

Dans tous les cas, il faut toujours retenir que l’équilibre hormonal est quelque chose de très subtil. La prise régulière et prolongée d’hormones contraceptives s’accompagne forcément de troubles divers car il perturbe profondément cet équilibre.

Règles irrégulières

Règles prématurées (8 à 9 jours d’avance)

La médecine moderne occidentale reconnait trois types de règles prématurées :

  • Celles dues à une insuffisance progestative. L’ovulation a lieu normalement et c’est la 2ème phase qui est courte en raison d’un corps jaune improductif.

Le traitement alors proposé est de la progestérone (crème ou pilule) pendant la 2ème moitié du cycle.

  • Celles dues à une ovulation précoce
  • Celles dues à un cycle sans ovulation (plus rare)

L’alternative en naturopathie est de traiter le terrain via la phytothérapie et/ou l’aromathérapie.

On proposera des plantes oestrogen-like (qui imitent les oestrogènes) et plus particulièrement : la sauge sclarée qui stimule la production d’oestrogènes, est emménagogue (stimule le flux sanguin dans la région pelvienne et l’utérus), ce qui permettra de réguler le déséquilibre hormonal. On préconisera l’utilisation de l’huile essentielle de sauge sclarée, en massage, par exemple, sur le bas ventre, diluée dans une huile végétale.

Retard de règles (cycles de plus de 35 jours)

Les cycles longs sont dus à la persistance excessive du corps jaune, avec éventuelle formation de kyste à l’ovaire.

Dans ce cas on proposera le framboisier, en macérat glycériné de préférence.

Les règles prématurées ou retardées peuvent poser à certaines femmes le problème de l’éventualité de la stérilité ou d’une grossesse non désirée.

En effet, des règles irrégulières, des cycles anovulatoires peuvent entrainer des difficultés à être féconde.

A ce sujet, la Doctoresse Catherine KOUSMINE a démontré les liens entre l’alimentation et le dysfonctionnement du cycle menstruel ainsi que la difficulté à être féconde. Notre alimentation est la fois trop riche et carencée : consommation de farine blanche, raffinée, dépourvue de vitamines et de minéraux (ces catalyseurs indispensables), de sucre blanc, etc… Le fonctionnement de l’utérus, des trompes et des ovaires est affecté par nos pratiques alimentaires.

Aménorrhée

On parle d’aménorrhée lorsqu’une femme, en âge de procréer, n’a pas ses règles. C’est un phénomène tout à fait normal chez les femmes ménopausées, enceintes ou allaitantes ; en dehors de ces cas elle peut être signe d’une maladie ou de troubles sous-jacents. La cause véritable d’une absence de règles, est difficile à trouver car beaucoup d’éléments interviennent dans le mécanisme des règles.

L’hypothalamus influence l’hypophyse, l’hypophyse influence l’ovaire par les hormones qu’elle sécrète (FSH, LH). L’ovaire, par ses sécrétions d’oestrogènes et de progestérone, influence l’utérus et les seins et leur taux, remontant dans le sang influence en retour l’hypothalamus et l’hypophyse. Parallèlement, les surrénales, la thyroïde et le pancréas influence l’hypophyse qui, à son tour les influencent.

On distingue l’aménorrhée primaire de l’aménorrhée secondaire. La première concerne les femmes qui n’ont jamais eu de menstruations, ce qui est rare, une malformation en est souvent à l’origine. La deuxième, plus fréquente fait référence à la disparition des règles ou à un retard prolongé. Dans ce cas les causes peuvent être multiples : tumeur ou kyste de l’ovaire, pré-ménopause, carences alimentaires, suite à l’arrêt de la pilule et le plus fréquemment des causes psychologiques (hypophysaires) telles qu’un choc affectif, un changement de vie brutal, une prise ou perte de poids importante (anorexie par exemple).

Quelles solutions ?

Après avoir déterminé la cause de cette absence de règles, la naturopathie s’assurera, dans un premier temps, de l’équilibre alimentaire de la consultante. En effet, comme évoqué précédemment, une alimentation trop raffinée ou carencée peut être à l’origine de déséquilibres hormonaux.

Voici quelques éléments de réponse :

  • Les acides gras essentiels :
    Les acides gras essentiels, précurseurs des prostaglandines, sont justement « essentiels ». Et l’alimentation moderne a gravement déséquilibré leur apport. Trop de mauvaises graisses, trans, saturées, hydrogénées, dans les produits transformés qui forment nos repas. Les régimes minceurs aggravent les choses, voire les comportements anorexiques ou boulimiques.

Il faut utiliser et consommer peu de graisses mais des huiles et graisses saines, non raffinées, non hydrogénées. De l’huile de colza de première pression, olive éventuellement, accompagnée d’un peu d’huile de cameline, de noix ou de chanvre. Et en complémentation, on prendra en cas de déséquilibre hormonal, des capsules d’huile d’onagre de première pression. En cas de stress, on adjoindra des capsules d’huile riche en oméga-3 de poissons des mers froides.

Un apport d’huiles de qualité, équilibrées en acides gras essentiels, est le premier traitement.

  • Un apport en fer :
    La carence en fer est également à prendre en compte lors des problèmes de règles. Autant comme facteur responsable que comme conséquence de ces problèmes. Une carence en fer latente et souvent négligée déséquilibre par sous-oxygénation des tissus et fatigue chronique, tout l’organisme. D’autant que cette carence s’aggravera vite pour cause de règles abondantes et/ou fréquentes. On se doit de combler une carence en fer préventivement et curativement.

Avec des complexes de fer dosés physiologiquement, bien assimilés, que l’on peut prendre plusieurs mois sans problèmes.

  • Les plantes susceptibles de réguler l’activité hormonale :

Parmi les plantes susceptibles de réguler l’activité hormonale de la femme, on citera le gattilier, l’alchémille, l’achillée millefeuille et bien sûr la sauge. Ces plantes en tisanes ou en extraits peuvent aider l’organisme à se rééquilibrer. Elles ne correspondent en aucun cas à des hormones isolées. Elles n’en ont pas les effets désirés comme les effets indésirables. Lorsqu’on utilise l’ensemble de la plante, on évite les effets secondaires nocifs d’un composant isolé.

On commencera par préconiser de la sauge (en teinture-mère) puis du framboisier (macérat glycériné) pour normaliser le cycle et les éventuelles règles douloureuses. Les conseils d’utilisation seront adaptés à chaque personne en fonction de son poids.

ATTENTION : l’usage des plantes, quelque soit leur forme, doit être supervisée par un professionnel de santé (naturopathe, médecin, pharmacien)

Dans le prochain article nous verrons comment aborder le Syndrôme Prémentruel sous angle naturel :-).

 

PRENEZ RDV POUR UNE 1ERE CONSULTATION EN CLIQUANT ICI 

Découvrez les 7 aliments indispensables à votre santé de femme,
téléchargez gratuitement votre ebook

↓↓↓

Sources : Mamamélis : manuel de gynécologie naturopathique à l’usage des femmes. (Rina NISSIM). Publications de la Naturopathe Karen MORAND sur son site www.naturofemmes.ch

Si vous souhaitez partager cet article, merci de le faire dans son intégralité et faire référence au site www.vertemeraude.com

Comments

comments

21 Commentaires

  1. Bonjour,

    Je me permet de vous écrire ce message suite à votre article très intéressant. Je souffre en effet de nombreux problèmes hormonaux (Cycles courts, règles trop longues, douloureuse et abondante et hémorragique, peu d’energie, thyroide d’hashimoto, adénomyose…, bref le package complet).

    Je m’aperçois que la plupart de mes soucis de santé proviennent de mon déséquilibre en hormone, j’ai en effet trop peu de progestérone ce qui, si je comprend bien, fait que mon cycle est trop court. Depuis que je prend du gattilier, ma digestion c’est légèrement amélioré et j’ai pu arrêter un traitement de probiotique, mais ce n’est pas encore ça.

    Je ne suis pas sûr que le gattilier me corresponde, car j’ai un taux de FSH/LH elevéet un prolactine légèrement au dessus de la norme, et d’après ce que j’ai lu, ce dernier baissera la FSH et augmenterait le LH. Je pensais essayer l’achillée millefeuille en deuxième partie de cycle.

    Toujours d’après mes analyses, je manquerais d’oestrogène en première partie de cycle, mais dès que j’essaye d’en prendre en première partie de cycle, les symptômes empirent. Je ne sais pas ce que je pourrais prendre en première partie du cycle pour m’aider (afin de baisser entre autre le taux de FSH et LH) car apparemment, il ne faut pas prendre de progestérone en première partie.

    Que pourriez-vous me conseiller ?

    Merci à vous,

    Ishtar

    • Bonjour Ishtar,

      Merci de votre commentaire. Il me faudrait plus d’informations pour pouvoir vous conseiller précisément car votre déséquilibre hormonal peut être dû à votre alimentation.
      Néanmoins, je peux vous conseiller les bourgeons de framboisier (bio) qui ont une action régulatrice et des capsules d’onagre en 2ème partie de cycle.
      Je propose des consultations en ligne, via Skype, si vous le souhaitez, nous pourrons en parler plus longuement.
      Je vous invite à me contacter par mail (veronique@vertemeraude.com) pour tout renseignement complémentaire.
      A votre service

      Bien à vous
      Véronique

      • Bonjour,

        Merci de votre retour ! Cependant dans votre article vous parlez du framboisier pour les cycles longs, hors moi j’ai des cycles courts (et même les règles en continue à l’heure ou je vous écris), est-ce vraiment adapté pour moi ? Savez-vous si le framboisier est aussi efficace en tisane ?

        Merci à vous,

        Ishtar

        • Bonjour Ishtar,

          Le framboiser permet de régulariser le cycle et de retrouver un bon équilibre hormonal.
          Comme je vous le disais dans mon message précédent, il faudrait connaître les causes réelles de ce déséquilibre, alimentation ? stress ? Les conseils donnés dans les articles sont des généralités, des pistes pour pallier à certains dysfonctionnements.
          Pour une aide personnalisée, je vous invite à me consulter https://www.vertemeraude.com/consultations/naturopathie/
          Les tisanes n’auront que très peu d’efficacité, la plante étant sèche.

          Bien à vous
          Véronique

  2. Bonjour je suis assez inquiète car je n’ai plus mes règles mais suite à un test de grossesse par prise de sang je sais que je ne suis pas enceinte. Pour vous expliquer depuis le début j’ai eu mes règles vers mes 15 ans les deux premières années j’avais des règles très irrégulières et rare. J’ai donc commencé à prendre la pilule à 17 ans (yaz) à mes 22 ans on s’est rendu compte que cette pilule me donner de la triglycéride, donc mon genycologue à voulu me mettre sous pilule progestative claréal au bout de trois mois j’ai décidé de l’arrêter car j’avais beaucoup trop d’effets secondaires prise de poids acné maux de tête… depuis l’arrêt de cette pilule il y a donc 6 mois j’ai eu qu’une seule fois mes règles pensez-vous que c’est normal, d’où ça pourrait provenir ?

    Cordialement
    Celia

    • Bonjour Celia,

      Merci de votre message.
      La prise de la pilule contraceptive n’est pas sans danger sur la santé, ce sont des hormones synthétiques que vous “envoyez” à votre organisme ce qui, évidemment, perturbe son fonctionnement normal. Des dérèglements hormonaux peuvent survenir suite à la prise de la pilule et c’est sans doute votre cas. Néanmoins, je vous conseille de consulter votre médecin afin de faire des examens complémentaires, les cause d’aménorrhée pouvant être multiples. Si les examens ne décèlent rien et que votre cycle est toujours perturbé, il est possible d’y remédier naturellement.
      Je propose des consultations en ligne, via Skype, pour plus de renseignements :https://www.vertemeraude.com/consultations/naturopathie/

      Prenez soin de vous
      Véronique

  3. Bonjour la gynéco m’avait posé un stérilet en cuivre 2 mois après mon accouchement mais j’avais des saignements tous les jours pendant 1 mois puis elle me l’a retirée mais depuis j’ai toujours des saignements cela fait trois semaines maintenant qu’elle m’a retiré et j’ai toujours des saignements elle me dit d’attendre mais j’ai l’impression que ça ne va jamais s’arrêter un jour j’ai fait des échos mais rien est-ce que cela va s’arrêter? Et puis je utiliser de l’huile d’onagre pour arrêter les saignement Merci

    • Bonjour,

      Merci de votre message. Il est fréquent que des saignements surviennent suite à la pose ou retrait d’un stérilet. Cependant si ceux-ci perdurent, il est important de consulter à nouveau votre médecin, les causes pouvant être multiples. L’huile d’onagre n’aura pas d’action sur ces saignements car, a priori, ils ne sont pas en lien avec des troubles hormonaux.
      Prenez soin de vous.
      Véronique

  4. Bonjour,
    j’ai accouché il y a 5 semaines par cesarienne. Je souffre d’insomnie et manque d’appetit. Je n’allaite pas.
    depuis quelques jours j’Ai des nausées. maux de tete et douleurs menstruelles. Je pense que c’est mes hormones.
    Que faire SVP je suis perdue?

    • Bonjour,

      Avez vous eu votre retour de couches ? Oui, tous ces symptômes me semblent normaux et annoncent le retour de vos règles. Soyez rassurée et laissez la nature faire les choses 🙂

      Bien à vous
      Véronique Boudarene

  5. Bonjour et merci pour cet article. J’ajouterais néanmoins qu’il faut surtout chercher du côté de l’ovulation (et donc de la phase folliculaire qui “prépare” l’ovulation). Des cycles longs sont plutôt dus à une phase folliculaire longue, i.e. une ‘difficulté’ du corps à ovuler. En revanche la phase lutéale (entre l’ovulation et les règles) est en général stable. Pister ses ovulations, notamment en observant le signe de la glaire cervicale, permet de mieux connaître/analyser son cycle. Enfin, dans les cas que vous citez (stress, sport intense, anorexie), les règles disparaissent plus exactement parce que le corps coupe les ovulations, afin de se concentrer sur ses priorités. A bientôt sur https://cyclenaturel.fr ? Bonne continuation !!

  6. Bonjour je viens de lire votre article qui m’intéresse beaucoup. En 2015 je suis tombée enceinte et c’était une grossesse extra utérine j’ai donc été traitée par metotrexate et depuis mes règles sont absentes (saignement 1 semaine après traitement, puis le lendemain de mon mariage en mai 2016, kyste qui celte dans l’abdomen en décembre 2016, et “règles” (enfin vieux sang ayant des difficultés à couler, collant) le 6 mars dernier.
    J’aimerais faire revenir mes règles, je suis un rééquilibrage alimentaire puisque j’ai pris pas mal de poids depuis ma GEU, et je ne sais pas si l’absence de règle vient de mon poids, du stress lié à cette grossesse que j’avais tant attendu avec mon mari ou des dégâts que la GEU aurait pu causer à mes ovaires :/ je recherche le moyen de régler ce problème je ne sais pas vers qui me tourner réellement , ni quoi faire. Pouvez vous m’éclairer ?

  7. Bonjour,
    je me permets de vous demander conseil car j’ai un problème d’aménorrhée que je n’arrive pas à résoudre. J’ai décidé après avoir pris Jasmine pendant des années de l’arrêter progressivement, l’arrêt total remontant à janvier dernier. Cela fait presque 1 an que je n’ai pas eu mes règles. Des saignements pendant 2 jours il ya quelques mois et plus rien.
    J’ai développé à la suite de l’arrêt de la pilule un SOPK et mon taux d’oestrogènes est un peu bas.
    J’ai pris du gattilier, des tisanes d’achilée millefeuille, j’ai fait des cures de vitamine C, de fer, de magnésium, de sélénium. Et rien.
    Mon médecin veut me faire prendre du Duphaston, mais ce serait à nouveau prendre des hormones de synthèse donc je suis réticente. Je voudrais que mon cycle puisse redémarrer tout seul!
    Auriez-vous des conseils ou un avis sur mon cas?

    • Bonjour Lili,

      La prise d’une contraception hormonale peut effectivement perturber le cycle naturel. Votre aménorrhée actuelle est due au SOPK. Il faudrait voir au niveau de votre alimentation. Qu’en est il de votre glycémie ? Avez vous fait un bilan sanguin dernièrement ? Les causes de cette absence de règles peuvent également être d’ordre psychologique…
      Il faudrait étudier tout cela.
      Je propose des consultations à distance via Skype, si vous le souhaitez, vous trouverez ici tous les renseignements : https://www.vertemeraude.com/consultations/naturopathie/
      A votre service.
      Véronique

  8. Bonjour,
    Merci pour votre article.
    Depuis plusieurs mois je saigne entre les regles. Il peut s’agir de pertes brunes comme de pertes plus abondantes d un rouge vif, celle ci accompagnées de douleurs semblables à celle des règles et l impression d ‘irritation de plaies intérieures. J’ai mis cela sur le stress car cette année en est en effet chargée, choc émotionnel, stress difficile à gérer j ai vu ma Gyneco qui disait ne pas s’inquiéter et prendre la pilule si cela persistait encore. Je ne me suis pas empressée de la prendre car je pensais peut être devoir réaliser des examens plus approfondis.
    Pourriez vous avec les seules indications données m’éclairer?
    Je suis inquiète . J ai peur que cela m empêche de tomber enceinte. J ai déjà 40 ans et souhaiterais avoir un premier enfant.
    Je vous remercie pour le temps que vous prendrez pour moi.

    • Bonjour,

      Les saignements entre les règles peuvent l’effet de causes multiples : fibrome, kyste ovarien, irritation du col de l’utérus, endométriose, déséquilibre hormonal, malnutrition…etc
      Il m’est difficile de vous répondre comme cela. Il est primordial de faire des examens afin d’écarter tout dysfonctionnement, ce que vous avez peut être fait depuis. La prise de la pilule contraceptive est effectivement à éviter si vous souhaiter avoir un enfant dans les mois à venir.
      Je vous invite à me contacter par mail ou téléphone.
      https://www.vertemeraude.com/consultations/

      Prenez soin de vous

  9. bonjour,
    je suis depisté opk depuis , j’ai 30 ans…je saigne de facon discontinu, comme actuellement, mes dernières regles remontent Aout 2018, or nous sommes deja en debut novembre…je prend depuis deux mois du gattilier, une géllule par jour, le matin à jeune…mais jusqu’à aujourdhui, jai toujours pas saigné…je suis inquiète..dois-je continuer avec le gattilier??je rappelle que je n’ai pas un surpoids, et que je ne voulait plus faire recours au dusphaston pour déclencher mon cycle…besoin de conseil SVP

    • Bonjour,
      Difficile de vous conseiller comme ça sans avoir approfondi… Pour le SOPK, il est important de vérifier si il n’y aurait pas d’insulino-résistance due à une alimentation trop riche en glucides. Attention au gattilier qui n’est pas sans risques (déconseillé en cas de LH élévée et antécédents de cancers hormono-dépendants dans votre famille ou vous-même).
      Il faudrait connaître les causes de ce SOPK, ce que je ne peut faire comme ça. Si vous le souhaitez, je vous invite à me consulter afin que nous voyons ensemble d’où vient ce dysfonctionnement.
      Vous trouverez toutes les infos sur le déroulement d’une consultation ici : https://www.vertemeraude.com/consultations/naturopathie/
      Prenez soin de vous

  10. Bonjour

    J’ai 39 ans mon cycle est de 25j
    En 6 mois j’ai des perturbations de cycles
    Je veux dire cycle irrégulier
    Par exemple en juin j’ai eu un cycle de 18 jours
    Après juillet à octobre un cycle de 25 jours
    novembre un cycle de 28 jours
    decembre un cycle de 20 jours

    je ne prends pas de contraception
    en ce moment je prends des cures des graines de nigelle

    que mon conseillez-vous de prendre comme plantes naturelles pour réguler mon cycle et diminuer le syndrome prémenstruel ?
    car en novembre et décembre j’étais à fleur de peau et fatiguée

    est-ce que il vaut mieux prendre de huile de nigelle que les graines de nigelle ?

    merci

  11. Bonjour Veronique, j ai 43 ans, je suis à 42 jours de cycle et toujours pas réglé. En général tout va à peu près bien. Y a juste en octobre j ai eu des petits saignements réguliers à partir du 19 eme jours du cycle pendant presque 3 semaines. J’ai vu le gyneco qui a fait une échographie. Rien à signaler. Il m a dit que c’etait Un trouble hormonal, il avait indiqué «  probable adenomyose modéré ». Puis j ai eu cycle normal mais là depuis les dernières règles plus rien. J ai les symptômes Comme quoi je vais avoir mes règles mais rien ne vient. J ai eu des glaires les jours derniers et à ce jour ça s’est Calmé.
    Je ne prend aucun contraceptif. Le gynécologue m a dit que si je voulais être tranquille, la solution était de se mettre sous pilule à base de progestérone. J’ai pas trop envie d être sous pilule mais dés fois je me dit que ce serait peut être plus simple. J’ai vu un Naturopathe depuis. Je suis sous magnésium, huile d’onagre… que puis je prendre d’autres pour aider mon cycle à réprendre une activité normale. Ou au moins l’aider. Qu’en pensez vous ? Quel complément me conseillerez vous ? Merci à vous pour votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.